Sylvia

Auteur : Antoine Wauters

Sylvia

"Maintenir vos yeux, comme clarté pure ou diffuse pure ou diffuser joie, je dois."
C’est de ses grands-pères, décédés quasi simultanément, que parle ainsi Antoine Wauters et le devoir qu’il s’impose d’en garder la mémoire éclairée malgré la maladie et la mort est, autant que dette ordinaire de l’amour, effort de la conscience pour ne pas se laisser submerger par le désaveu et la perte. Car la vie est l’expérience crue des contraires : au moment où meurent les deux grands-pères, un enfant vient au monde.
De cette expérience à vif, la poésie est la mesure exacte. Celle, ici, de Sylvia Plath dont l’écriture extrême et sans compromis accompagne l’auteur dans ces heures critiques où l’existence douloureusement se tend entre perte et joie. Lire Sylvia, sa soeur dans l’âme, aide alors Wauters à saisir au coeur des circonstances ces vérités intenses que promet à tous la poésie qui ne ment pas : la vie tombe dans sa nuit et la joie demeure.

Paru le 1er mars 2014

Éditeur : Cheyne

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.