Tes yeux poussent la porte du monde de Pierre Vavasseur

Tes yeux poussent la porte du monde de Pierre Vavasseur

Le mot de l’éditeur :

Bien des lecteurs connaissent le reporter des pages Culture du quotidien Le Parisien. D’autres écoutent ses chroniques à la radio. Quelques-uns ont même eu la chance de l’entendre entonner des chansons d’amour à la guitare. Un homme singulier et pluriel, Pierre Vavasseur ? Oui, à condition de ne pas oublier le poète dont j’ai le bonheur de publier le premier recueil. Le titre est beau, les textes le sont aussi. Ils parlent avec justesse de ce qui ne souffre aucun bavardage : les blessures secrètes, l’enfance à quai, la brûlure des départs, la vie qui court « d’une nuit à l’autre sans réponse ». La poésie de Pierre tient dans cette tension entre la parole et le silence, l’énergie et le chagrin, la solitude fondamentale des êtres et leur soif intense de partage. Avec des mots simples, elle nous rappelle que l’étonnement libère et que les yeux nous tiennent lieu de serrure.

Extrait

« Bâtir sur une faille
écrire court
convaincu que ce qui est bref
est appelé à moins souffrir »

Paru le 1er mai 2012

Éditeur : Editions Bruno Doucey

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

« Fabulation »

« Cela » : un silence à fleur de murmure, une rumeur saturée de silence, un magma de silence irrigué par un souffle ténu, sifflant, vivace.

Sylvie Germain, « Fabulation », Revue Caravanes 8, Éditions Phébus, 2003.