The Shadow of Sirius de William Merwin

The Shadow of Sirius de William Merwin

Sirius, l’étoile la plus brillante dans le ciel d’été, se lève et se couche avec le soleil pendant les jours les plus chauds de l’année, d’où son nom (qui veut dire ardent en grec). C’est un symbole parfait pour les passions de la jeunesse que William Merwin
contemple du haut de ses 80 ans.
Sorti en 2008, The Shadow of Sirius remporta le prestigieux prix Pulitzer pour la poésie (alors que l’auteur l’avait déjà obtenu en 1971). Dans la troisième partie de ce recueil il revient sur ses souvenirs du Causse avec une conscience aiguë du passage du temps et simultanément de l’instant présent. Jamais, semble-t-il, il n’a été aussi proche de son terroir d’adoption qu’en ces textes qui sont aussi une sorte

Paru le 1er janvier 2017

Éditeur : Fanlac

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.