Tomates de septembre

de Karina Borowicz

Tomates de septembre

Traduction de Juliette Mouïren

La route du retour

Mes rêves sont des ombres
mon sommeil le poids
des fleurs de pommier

mais le matin est déjà chaud
le grondement poussiéreux des camions mêlé
aux claquements d’insectes des oiseaux

même après toutes ces
années à me réveiller je ne sais pas
ce que signifie ce monde
comment je continue à retrouver
mon chemin, une route toujours différente

à travers le noir
les infimes souvenirs qui brillent par intermittence
toi mon étoile polaire

The Way Back

My dreams are shadows
my sleep the weight
of apple blossoms

but the morning is already hot
the dusty roar of trucks mixed
with the buglike clicking of birds

even after all these
years of waking I don’t know
what is this world
how do I keep finding my way
back, always a different path

through the blackness
the flickering pinpoints of memories
you my North Star

Paru le 10 novembre 2020

Éditeur : Cheyne

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Georges Didi-Huberman

Survivance des lucioles

Les lucioles, il ne tient qu’à nous de ne pas les voir disparaître. Or, nous devons pour cela, assumer nous-mêmes la liberté du mouvement, le retrait qui ne soit pas repli, la force diagonale, la faculté de faire apparaître des parcelles d’humanité, le désir indestructible. Nous devons donc nous-mêmes - en retrait du règne et de la gloire, dans la brèche ouverte entre le passé et le futur - devenir des lucioles et reformer par là une communauté du désir, une communauté de lueurs émises, de danses malgré tout, de pensée à transmettre. Dire oui dans la nuit traversée de lueurs, et ne pas se contenter de décrire le non de la lumière qui nous aveugle.

Georges Didi-Huberman, Survivance des lucioles, Éditions de Minuit, 2009.