Toute minute est première

Auteur : Marie-Claire Bancquart

Toute minute est première

Préface de Claude Ber.

Toute minute est première est le quatrième livre de Marie-Claire Bancquart publié par Le Castor Astral. Cette anthologie, préparée par Claude Ber et supervisée par l’auteure elle-même, marque une étape fondamentale dans la bibliographie de l’écrivaine.

C’est Marie-Claire Bancquart qui, n’ayant plus la force de réaliser ce travail, en a confié la charge à la poètesse Claude Ber sous le signe de ces « résonances communes », de « ces correspondances », qui, selon ses termes, lient « ceux qui vivent dans un même univers de poésie ».

Cette édition permet de faire découvrir la poétesse importante qu’est Marie-Claire Bancquart, à la fois dans l’unité et la diversité de son écriture (méditation sur la mort, célébration du sensible, expérience essentielle du corps…).

Ici se dessine avec netteté le tracé d’un cheminement de plusieurs années, dont le livre souligne les lignes de force et les ponctuations majeures. Un parcours s’y révèle, dans une attention à tout : brassant l’ample du mystère de notre destinée et le menu quotidien, donnant à éprouver et à penser, à voir et à vivre.

Ce que dit la presse :
« Marie-Claire Bancquart est incontournable pour le lecteur cherchant ce qu’il s’est
passé de singulier dans la poésie française des quarante dernière années. »
En attendant Nadeau

« Un poème de vie autant qu’une pensée majeure. »
France Culture

Paru le 6 juin 2019

Éditeur : Le Castor Astral

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Jean-Louis Rambour

33 poèmes en forme de nouvelles (ou l’inverse)

Il arrive fréquemment que les hommes aient peur des chevaux. Certains jouent les indifférents, d’autres ne cachent pas leur inquiétude. Pégase, le cheval divin, avait des ailes d’ange à faire peur. Incitatus avait une écurie de marbre, une mangeoire en ivoire, à faire peur. Sur la tombe de son cheval, Alexandre fonda la ville de Bucéphalie et provoqua peur et questionnement. Mais là, là, dans ce champ jaune, il s’agit de retourner les terres les plus empierrées, car tout le monde ne possède pas encore son Massey Ferguson. Auquel on ne prête ni ailes ni ombres.

Jean-Louis Rambour, 33 poèmes en forme de nouvelles (ou l’inverse), Cahiers du Loup bleu, Les Lieux-Dits, 2020.