Traductière n°30, L’attention poétique, le lecteur de poésie et Singapour,

Auteurs : Cécile Oumhani, Claudine Bohi, Claudio Pozzani

<i>Traductière n°30, L'attention poétique, le lecteur de poésie et Singapour,</i>

L’attention poétique, le lecteur de poésie et Singapour, par Jacques Rancourt

The Poetic Attention, the Poetry Reader and Singapore (English translation by Elizabeth Brunazzi)

Max Alhau, Gabrielle Althen (France), Linda Maria Baros (Roumanie/Roumania) • Jeanine Baude, Claude Ber (Fr.) • Eva-Maria Berg (Allemagne/Germany) • Anne Bihan (Nouvelle-Calédonie/New Caledonia) • Judith Bishop (Australie/Australia), Claudine Bohi (Fr.) • Kenia Cano (Mexique/Mexico) • Grace Chia, Chow Teck Seng (Singapour/Singapore) • Denise Desautels, Madeleine Gagnon (Québec), Brigitte Gyr (Fr.), Hubert Haddad (France-Tunisie/France-Tunisia) • Dominique Hecq (Austr.) • Claude Held (Fr.) • Heng Siok Tian, KTM Iqbal, Johar Buang , Theophilus Kwek, Lathaa, Aaron Lee, Madeleine Lee, Lee Tzu Pheng, Liang Wern Fook (Sing.) • Michael Lynch (Etats-Unis/USA) • Aaron Maniam (Sing.) • Evelyne Morin (Fr.) • Shizue Ogawa (Japon/Japan) • Cécile Oumhani (Fr./Tun.) • Claudio Pozzani (Italie/Italy) • Jacques Rancourt (1) (Fr./Qc) • Sebastian Reichmann (Roum.) • José Luis Reina Palazón (Espagne/Spain) • Fabio Scotto (It.), Morelle Smith (Ecosse/Scotland) • Edwin Thumboo, Toh Hsien Min (Sing.) • Stefaan van den Bremt (Belgique/Belgium) • Barry Wallenstein (E.U./USA) • Jean-Luc Wauthier (Belg.) • Patrick Williamson (Angleterre./England) • Cyril Wong (Sing.) •Yekta (Fr.) • Yeow Kai Chai (Sing.) • Yi Sha (Chine/China), Yong Shu Hoong, Zou Lu (Sing.)

Paru le 1er juin 2012

Éditeur : La traductière

Genre de la parution : Revue

Poème
de l’instant

Cécile Coulon

Courir

La course, la vraie, est une fureur carnivore. Un astre brûlant caché dans les jointures du corps ; elles grincent, la nuit, comme un miracle froissé. Une force qui rugit, à laquelle nous sommes forcés de croire puisque qu’il n’y a qu’elle qui puisse suspendre aux crochets des montagnes des femmes et des hommes emplis de cette beauté brutale qui ne supporte ni la lenteur, ni les cris, ni ces bouquets d’amnésie qu’on s’offre pour éviter d’avoir mal. »

Cécile Coulon extrait de « Courir », Les ronces, Éditions Le Castor Astral, 2018