Traité du toucher d’Yves Mabin Chennevière

Traité du toucher d'Yves Mabin Chennevière

"La soumission du corps à la lumière du temps
discrimine questions pièges et réponses euphoriques,
impose au témoin des circuits insensés
le soin de nommer les vivants à naître,
oblige l’arbitre des rencontres fortuites
à désigner l’auteur du désordre chronique,

le cœur cassé, les mains exsangues,
l’accusé ignore quel crime il a commis,
une sueur de rêve coule de son front,
dépose sur ses lèvres les mots desséchés
du récit épique fait de lettres perdues,
ramassées au hasard par une folle hilare,

inquiètes sans excès, habituées au tumulte,
les victimes pour une fois épargnées
regardent le héros de l’illusoire combat
tendre son gant droit au vainqueur invisible ;"

Yves Mabin Chennevière est né en 1942. Depuis 1969, il publie régulièrement des romans, des nouvelles, des poèmes. Il a obtenu le Prix Max Jacob en 1996 pour son recueil Méditation métèque, paru aux Éditions de la Différence, lesquelles ont également publié :
L’Incarnation fictive, 1992 ;
Le Soliste, 1993 ;
L’Immersion rebelle, 1999 ;
L’Invention du silence, 2000 ;
Mémoire d’un temps éventuel, 2001 ;
La Fureur de l’ange, 2002 ;
Traité du vertige, 2003 ;
Traité d’anatomie, 2005.

Paru le 1er janvier 2007

Éditeur : La Différence

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Henri Michaux

« Posture privilégiée »

Magie naturelle d’une simple pose,
Mis au calme
l’esprit en quiétude laisse ailleurs les parleurs
les menteurs inscrits,
laisse s’étaler les naïfs transporteurs
des quotidiennes maximes sommaires de l’époque.
Ne sont plus entendues, les disputes

Hors de l’action
bras retirés de la circulation
aussi bien de l’attaque que de l’aide
retirés de la préparation à agir…

Henri Michaux, « Posture privilégiée », Revue Nulle Part, 1984.