Transparaître

Auteur : Séverine Daucourt

Transparaître

Les questions de l’enfermement et du mutisme traversent son oeuvre, qui traite aussi des questions du genre, des relations hommes/femmes, des effets de l’altérité, de la place donnée à la sexualité. Son travail sur la langue repousse les frontières du sens en le déjouant, bouscule les codes syntaxiques, explore l’espace linguistique en toute liberté.Dans Transparaître, l’auteure tente de circonscrire, à partir de son expérience et dans un style frontal et accessible quoique toujours poétique, ce qui fait perdurer le “drame féminin”. Sa voix, nue et franche, affirme autant qu’elle questionne, se brise autant qu’elle résiste, énonce mais n’accuse pas. Transparaître serait-il un poème ?

longtemps
je n’eus que des amis hommes
ainsi fut-il
complicité virile
ou signe de fragilité
c’est que les femmes n’ont pas été tendres avec moi
décochant par devant
par derrière
par ailleurs
les hommes aussi
l’idée derrière la tête
je me réfugiais près d’eux pour une causette et
me retrouvais parfois
(comme cosette)
sans mes haillons

Paru le 8 février 2019

Éditeur : LansKine

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Stèles

La cime haute a défié ton poids. Même si tu ne peux l’atteindre, que le dépit ne t’émeuve : Ne l’as-tu point pesée de ton regard ?
La route souple s’étale sous ta marche. Même si tu n’en comptes point les pas, les ponts, les tours, les étapes, - tu la piétines de ton envie.
La fille pure attire ton amour. Même si tu ne l’as jamais vue nue, sans voix, sans défense, - contemple-la de ton désir .

*

Dresse donc ceci au Désir-Imaginant ; qui, malgré toutes, t’a livré la montagne, plus haut que toi, la route plus loin que toi,
Et couché, qu’elle veuille ou non la fille pure sous ta bouche.

Victor Segalen, Stèles, « Stèle au désir », 1912.