Trois poètes

Trois poètes

« On apprend l’Eau par la soif
Et la Terre – par les Voyages en mer –
La Passion – par les affres –
Et la Paix – par les récits de guerre –
L’Amour, par la Mort
Et les Oiseaux, par l’Hiver. »

« Par toi, les nuages s’écoulent, l’air vole,
Les pierres ruissellent,
Des eaux naissent les ruisseaux
Et la terre exsude la verdeur. »

« Amour, pourquoi toujours mêler ton nom divin
À la mort sombre et négative ?
Toi seul es évident, tout autre espoir est vain,
Rien n’est rien, hormis ceux qui vivent. »

Anna de Noailles, Emily Dickinson, Hildegarde de Bingen

Paru le 1er novembre 2014

Éditeur : La Différence

Genre de la parution : Anthologie

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.