Tu vis ou tu meurs

Œuvres poétiques (1960-1969)

Tu vis ou tu meurs

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Sabine Huynh
Préface de Patricia Godi

Tu vis ou tu meurs est reconnu comme un chef-d’œuvre.

« Si l’exploration des liens de parenté occupe une place centrale dans la poésie d’Anne Sexton, sa nouveauté réside aussi, fondamentalement, dans la venue à l’écriture de l’autre relation qui a interrogé la psychanalyse, à laquelle la culture androcentrée s’est généralement peu intéressée, contrairement à la relation entre père et fille, entre père et fils, mère et fils : la relation des mères et des filles. Dès lors que le sujet lyrique se situe en tant que fille dans nombre de poèmes, de même qu’en tant que génitrice, l’œuvre entreprend doublement de pallier le silence qui a entouré les généalogies féminines »

P.G.

Les quatre recueils présents dans cette édition sont traduits pour la première fois en français par Sabine Huynh, qui a fait de la traduction de l’œuvre d’Anne Sexton un projet de vie. Un cinquième recueil, intitulé Transformations, sera publié prochainement.

« Chaque être en moi est un oiseau.
Je bats toutes mes ailes.
Ils voulaient te retrancher de moi
mais ils ne le feront pas.
Ils disaient que tu étais infiniment vide
mais tu ne l’es pas.
Ils disaient que tu étais si malade que tu agonisais
mais ils avaient tort.
Tu chantes comme une écolière.
Tu n’es pas déchirée. »

A. S., Pour fêter ma matrice

Paru le 15 décembre 2021

Éditeur : Editions Des Femmes Antoinette Fouque

Poème
de l’instant

Louis-Philippe Dalembert

Cantique du balbutiement

ce jour-là
face à la mer caraïbes
j’ai rêvé d’un poème
qui nulle part ne commence
ou alors de l’enfance
et nulle part ne finit

Louis-Philippe Dalembert, Cantique du balbutiement, Éditions Bruno Doucey, 2020.