Une longue route pour m’unir au chant français

Auteur : François Cheng

Une longue route pour m'unir au chant français

« C’est à l’âge de quinze ans que le chant s’est éveillé en moi. Je m’ouvrais à la poésie et entrais, comme par effraction, dans la voie de la création… » Depuis son premier essai sur l’eau et la soif – unique témoin de son adolescence chinoise qu’il a emporté en France et dont il nous livre aujourd’hui la traduction – en passant par ses rencontres avec Gide, Vercors, Lacan, Michaux, Emmanuel, Bonnefoy et tant d’autres, François Cheng nous fait partager la longue route qui l’a conduit à devenir, lui l’exilé qui ne savait dire ni « bonjour » ni « merci » lorsqu’il est arrivé à Paris, un poète français.

Cette route, malgré les affres de la guerre en Chine, l’extrême précarité matérielle des premières décennies en France, et de cruels tourments intérieurs, mais est toujours éclairée par la poésie française qu’il intériorise au fond de sa nuit solitaire. Elle l’est aussi par un amour passionné pour la langue d’un pays dont François Cheng a fini par épouser le « chant » et le destin. La lumière singulière qui émane de ce récit est celle d’une symbiose qui unit la Voie du Tao et la voie orphique et christique, orientant sans cesse le poète vers l’authentique universel.

Paru le 12 octobre 2022

Éditeur : Albin Michel

Poème
de l’instant

Vers le futur

Héros, savant, artiste, apôtre, aventurier,
Chacun troue à son tour le mur noir des mystères
Et grâce à ces labeurs groupés ou solitaires,
L’être nouveau se sent l’univers tout entier.

Émile Verhaeren, 1855-1916, « Vers le futur », Les villes tentaculaires, 1895.