Une petite lettre à votre mère de Geneviève Huttin

Une petite lettre à votre mère de Geneviève Huttin

Geneviève Huttin occupe une place originale dans le champ littéraire actuel. Révélée comme poète au début des années 80, elle est aussi auteur de proses poétiques attentives au réel intime ou collectif, de maintenant ou d’autrefois. Pour cela fait appel à l’histoire, la sienne ou celle des autres, la grande, la collective avec un H, une capitale. Quoiqu’elle écrive, qu’elle entreprenne c’est sa voix qu’on entend, singulière, incisive, qui se replie ou qui explore, qui se hasarde tout aussi bien sur le terrain de la philosophie dans d’étonnantes fulgurances que sur celui du manifeste, de la psychanalyse, soucieuse de « lever le masque », pour reprendre les termes de Walter Benjamin. Bien que sans concession, elle demeure bienveillante. Cette voix d’écrivain, c’est celle qu’on lit et qu’on entend dans le «  Texte vocal  » d’Une petite lettre à votre mère. Marie Etienne Ecrivain, rédactrice à La Quinzaine littéraire.

Paru le 1er mai 2014

Éditeur : Le Préau des collines

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Jean-Pierre Verheggen

Courage / Courrèges

Rappelons-nous que la poésie se niche aussi
dans les voisinages, tant congrus qu’incongrus,
- voire crus ! - de mots parfois peu congénères
qui sommeillent dans le même dictionnaire !
Qu’on les réveille et voilà le substantif courage,
apparemment sans cousinage avec la poésie,
qui soudain s’accoquine, de manière inattendue,
avec André Courrège, le grand couturier,
inventeur , dans les années 60 de la jupe-culotte
qu’osèrent porter en rue de courageuses femmes
prêtes à affronter les quolibets, les regards
lubriques, les injures et autres harcèlements
machistes d’effrontés « passant qui passent »

Saluons donc, aujourd’hui plus que jamais,
ces « hirondelles printanières », ces militantes
avant-gardistes qui n’hésitèrent pas -ô avril ! -
« à se découvrir d’un fil » pour défendre

la Beauté et la Liberté poétique de leur corps !

Jean-Pierre Verheggen « Courage / Courrèges », inédit pour le Printemps des Poètes 2020