Une vendange d’innocents de Robert Vigneau

Une vendange d'innocents de Robert Vigneau

"Roger, paysan

Roger Peillou je te rends grâce
De réserver le soin des vaches
A ramener moi seul du pré
Au blême où les mouches se calment.

Je renaissais cow-boy des films,
Jupin, Gopal, dieux d’illustrés.
Apis, Nandi dans les narines,
J’étais matador dans l’arène.

Le troupeau embaumait devant
Entre les haies des noisetiers.
Tu souriais devant l’étable
A l’enfant que je n’étais plus."

Paru le 1er mars 2009

Éditeur : Maison de poésie

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.