Unes

Fonds : Jean-Pierre Sintive.

Contact

B.P. 205

83006

Draguignan Cedex

Ancienne éternité & autres textes

19 janvier 2021

Ancienne éternité & autres textes

Cette édition rassemble sept ensembles de poèmes de Christian Dotremont, d’Ancienne éternité, texte éblouissant écrit en 1940 à seulement 17 ans et qui le fera intégrer immédiatement les groupes surréalistes belges puis français, jusqu’à Les trois forêts, écrit au sanatorium d’Eupen en 1953 où il soignait sa tuberculose. Ces poèmes, la plupart écrit sous la forme « dialogique » si particulière à Dotremont, dans laquelle questions et réponses se confondent, filent dans une oralité joyeuse, où l’évocation féminine (…)

Antidictionnaire des couleurs

20 novembre 2020

Antidictionnaire des couleurs

La poésie tout autant que la peinture est pour Pierre Mabille une théorie des couleurs. Mais une théorie foisonnante, mouvante, pleine de bleus. On avance dans ce livre entre images et mots – mais les uns sont les autres et vice versa – avec « la lenteur vivante de ces glissements » colorés, avec un art du décalage, de la variation, comme une douleur qui se déplace. Mabille traverse les petits tableaux du quotidien, fait miroiter les détails, les reflets, les objets communs. Autant de poèmes (…)

Qui croit lutte

6 novembre 2020

Qui croit lutte

Traduit du portugais par Flora Bonfanti
Le 29 août 2016, la présidente Dilma Rousseff prononce un discours historique devant le Sénat brésilien. Alors qu’elle est l’objet d’une procédure de destitution pour des opérations comptables liées à la gestion du déficit de l’État brésilien, son ultime plaidoirie ne parvient pas à convaincre la chambre haute de son innocence. Son éviction met fin à un règne de treize ans du Parti des Travailleurs à la tête de l’exécutif fédéral, et constitue une étape essentielle (…)

Corps rassemblé

3 novembre 2020

Corps rassemblé

Esther Tellermann, dans ce texte écrit suite à plusieurs visites de l’atelier du peintre Claude Garache, opère une remontée vers les origines, plonge les mains dans la première argile des hommes, pour faire surgir une matière des corps. Les poèmes remontent le temps comme une embarcation discrète, s’affranchissent du cadre, et reprennent l’histoire à sa source ; les époques tissées sous le sommeil des hommes, l’incarnation répétée, vers un visage individuel issu de la masse informe des visages. Vers une (…)

Khlebnikov pleure

10 septembre 2020

Khlebnikov pleure

Traduit de l’allemand par Laurent Cassagnau.
Ce premier livre d’Anne Seidel se déploie comme un regard à la fois scintillant et rétrospectif, fait de très lents déplacements qui soulèvent délicatement paysages, histoire obscurcie et souvenirs. Regard transsibérien, glissement en errance à travers la nuit, à la fragile vibration d’une bougie, mais « regard qui ne sait rien de lui-même ». Poésie d’éclats, de reflets électriques sur la neige, livre miroir où figures du passé et du présent se superposent à (…)

L'échangeur souterrain de la gare Saint-Lazare

20 août 2020

L’échangeur souterrain de la gare Saint-Lazare

Roman intérieur
Six mois durant, le narrateur se rend presque quotidiennement dans la station de métro Saint-Lazare à Paris, avec le projet d’y noter et détailler le mouvement des foules. La méthode se veut rigoureuse, l’approche : scientifique. Le résultat est une dérive folle, une accumulation de chiffres. Il s’agit du relevé, jour après jour, du nombre de corps, puis de bras, d’orteils, d’ongles, de cheveux, qui traversent, arpentent et hantent les tunnels souterrains, jusqu’à la poussière.
Et si on (…)

crayons combustibles

17 juin 2020

crayons combustibles

Traduit de l’allemand par Aurélien Galateau. Postface de Laurent Cassagnau.
« D’où viens-tu ? » est la question que pose Thomas Kling, en ouverture de ce livre. De l’enfance, il convoque l’image fondatrice de son grand-père, les paysages rhénans sous le brouillard, les trophées de cerfs au mur, les auberges, les randonnées en forêt et les scieries de sapin. crayons combustibles puise dans une convergence de sources et d’archives, dans le souvenir et le poème, où Kling réconcilie émotion (…)

Personne

20 mars 2020

Personne

Préface de Ludovic Degroote
Personne réunit une série de textes publiés par Antoine Emaz en éditions limitées, la plupart dans les deux dernières années de sa vie. Au travers de vers brefs, émaciés, tenus par un fil fragile et esseulé, Antoine Emaz touche à la porosité, le calme effritement de l’existence. A marée basse il observe le repli des silhouettes sur la plage, regarde sans la retenir une forme du monde disparaître. Ces êtres lentement dévitalisés dans le ressassement lancinant du paysage, perdus (…)

Dits & Médits

26 février 2020

Dits & Médits

fragments authentiques suivis d’apocryphes adaptés du copte par Daniel Biga
Et comme l’enfant reposé au sol riait dans la lumière, ils le nommèrent Abed Nil Gai. Et ainsi grandit-il, en force, en sagesse, en gaieté. Fellah et artisan, façonneur de briques crues, épandeur de limon fertile, semeur de graines et récolteur de fruits, moissonneur et vendangeur il apprit aussi à tisser le lin blanc, assembler les planches, tailler les tenons et mortaises pour fabriquer les coffres et les meubles. Les (…)

Hui

21 février 2020

Hui

Conçu en trois mouvements pour chercher le jour, Hui est un livre qui engendre le présent. À partir de la danse, de la dispersion des corps dans la musique robotique – on croise ici les boucles sonores de Daft Punk dans les brume des boîtes de nuit – Yann Miralles puise, dans cette répétition pulsionnelle, hypnotique, la syncope des gestes qui surgissent dans le corps, hors du corps, contre l’angoisse, contre l’autre. Pierres roulées dans le souvenir que ces gestes, toutes nos années enfouies, (…)

Poème
de l’instant

Une tristesse bleue et grise

Évidemment l’orgueil et la trouble passion
Les papiers arrachés, bien sûr, les volets clos
Les livres sans mémoire et presque à l’abandon
L’étui de ton violon fermé comme un sanglot
Mais penser à tes gestes carrés vers les miens
La presque cruauté, la langueur infinie
Le rire en plein désir et les larmes à la fin
M’ont fait aimer la mort et préférer la vie

Sarclo, Une tristesse bleue et grise, « Éloge d’une tristesse », Côtes du Rhône Productions, 1992.