Unicité.

Contact

3 sente des Vignes

91530

Saint-Chéron

Sous l'odeur des troènes

23 juin 2022

Sous l’odeur des troènes

Depuis sa première publication en 2004, Hervé Martin a toujours su que ses différents livres avaient pour but de préserver la mémoire des êtres qui, à l’arrière-plan de l’histoire, ont contribué à rendre notre existence acceptable. Même si au départ son objectif était obscur, il s’est donné les moyens artistiques, notamment en lisant d’une manière attentive les poètes de son temps, de parvenir à sauver de l’oubli des individus et des lieux, qui, sans lui, auraient définitivement disparu. Hervé Martin ne s’y (…)

Lisière d'instants

30 mars 2022

Lisière d’instants

Vingt-deux poèmes évoquent la liberté de mouvement, celle d’aller d’un lieu à l’autre sans être surveillé : jardin, source, clairière, mégalithe, sanctuaire, désert, route, ciel d’été, parking, ville, intérieur, demeure, quartier… Vingt-deux poèmes qui se lèvent à l’est pour cheminer vers l’ouest. Chaque lieu se tient en un espace qui lui est propre : du très circonscrit à l’infiniment grand. Chaque lieu tient aussi dans les limites des instants que l’on y passe et où l’on « fait sa rencontre ». Pourtant (…)

L'hivernant

30 mars 2022

L’hivernant

L’écriture ciselée de Frédéric Besnier, dont L’hivernant est le premier recueil publié, nous mène sur les sentiers de la nostalgie en lien avec l’enfance et le sentiment amoureux qui est une affaire très sérieuse quand on a dix-sept ans, et plus… La sensibilité du poète qui penche parfois vers une douleur exquise ne peut laisser indifférent le lecteur en quête d’intériorité. La consolation, c’est la nature comme ressourcement, l’esprit c’est l’écriture venue du sang de la terre. Frédéric Besnier n’a pas (…)

Recouvrer le monde

30 mars 2022

Recouvrer le monde

Avec ce nouveau recueil, Hervé Martin invite le lecteur à l’accompagner dans ses observations et à faire silence, comme pour mieux découvrir ou apprivoiser ce qui tout au long du recueil va faire sens. Certaines strophes nous bouleversent par les impressions métaphysiques qui émanent, paradoxalement, de beaucoup de simplicité. Découverte de la forêt rime ici avec découverte de soi. Hervé Martin est de ces poètes qui nous font entrevoir les beautés cachées en nous, en les révélant par le pouvoir de mots (…)

Nervures – considérations

19 décembre 2021

Nervures – considérations

« Mes considérations, franches coupes arriérées, extravagantes et extrapolées sur les quelques nervures qui ont embranché mes circuits sensoriels.
Si je n’étais pas un enfant drôle, je ris maintenant.
Riez avec moi, dépecez mes pièces, mes éloges et mes quelques plantations, découpez mes mots, mes vers, mes pensées. Faites feu de mes armatures, des objets que je vous donne. J’ai dans mes mains toutes les âmes à qui l’amour n’est pas le don approprié, à qui l’égarement, la fête et les éclipses font (…)

Villes Ciudades

18 novembre 2021

Villes Ciudades

Café-poésie à Meaux
La poésie se vit, se partage, par-delà les frontières, les océans. Créé en 2015 sous forme associative, le Café-poésie de Meaux s’inscrit dans cette tradition de parole offerte, en permettant aux auteurs débutants et confirmés de venir lire leur texte, un samedi par mois, à la médiathèque municipale Luxembourg. Cette même ouverture préside à l’anthologie. Né de la rencontre entre deux terres, deux peuples, le livre donne effectivement à entendre des créateurs très différents, français et (…)

L'air respirait comme un animal

6 novembre 2021

L’air respirait comme un animal

De la lutte entre le corps et l’esprit naît chez Constance Chlore une sensualité ne reniant rien de sa source : l’animal dans l’homme et pourquoi pas le végétal. Le langage, c’est-à-dire le désir de dire, s’impose à la poète dont la vitalité pulse à chaque détour de phrase. Le poème est un tigre bondissant que les mots tentent de dompter.
« … Nous habitons le même sol
nous respirons l’air, nous sommes vivants
La mort, la folie : tenues dans la gueule
Mots, souffle, regards nous reconduisent à nos (…)

Moi la dormante

23 septembre 2021

Moi la dormante

Ce recueil est un journal poétique, entamé lors d’un premier séjour en hôpital psychiatrique en 2004 au début d’une dépression. Mêlant vers et prose, il témoigne d’une volonté de rendre compte d’une expérience extrême, d’une descente aux enfers à l’intérieur de soi et des autres, et de la découverte de la dureté de l’univers psychiatrique, entre médicaments et enfermement. Il s’agissait alors de garder trace, de témoigner de la maladie psychiatrique, de tous ceux qui éprouvent angoisse et souffrance à tout (…)

Mots déserts

18 septembre 2021

Mots déserts

Illustration de couverture de Colette Klein
Préface de Giovanni Dotoli

Un jour neuf

16 mars 2021

Un jour neuf

Une bande d’amis se retrouve pour passer le jour de l’an dans une maison dominant l’océan suite à la tentative de suicide de l’un d’eux. L’auteur interroge dans ce récit très personnel exigeant, construit en circonvolutions temporelles et spatiales éclatées autour d’une même journée hypnotique, les raisons qui ont poussé à ses yeux sa génération à une forme de naufrage, et au suicide « réussi », au final, de cet ami d’enfance, six mois plus tard, tout en tentant d’imaginer la part manquante de son parcours, de (…)

Poème
de l’instant

Zéno Bianu

Pérégrinations du Pierrot solaire

Voilà
le monde reste beau
impunément
il n’a pas peur
du noir
il coule de source
toujours

Zéno Bianu, « Pérégrinations du Pierrot solaire ».