Unicité.

Contact

46 av Jean Jaures

93110

Rosny-sous-Bois

Chemin faisant

1er janvier 2017

Chemin faisant

Kouam Tawa est un auteur africain et c’est merveilleux que l’art du haïku ait trouvé en lui une autre culture pour perpétuer l’art de l’observance et nous toucher directement le cœur.
Plusieurs haïkus sont imprégnés de sa terre natale, loin de cette France parfois trop douce au regard des paysages et des faits – quotidiens ou uniques – que décrit l’auteur :
L’éclat
de rire
d’une bombe
On ne voit
que le rouge
dans l’azur incendié
Tous les haïkus de Kouam Tawa font mouche et la force de ce livre réside (…)

Eloge et Défense de la langue française

1er septembre 2016

Eloge et Défense de la langue française

Cette deuxième anthologie Éloge et défense de la langue française,137 Poètes planétaires, 10 Lettres ouvertes et les œuvres de 5 peintres internationaux publiées, est un apport de beauté et de force au grand océan insondable de la poésie francophone actuelle. Elle exprime avec sensibilité un sentiment militant de maintenir vive la dynamique créatrice de notre langue, dans un monde qui bascule actuellement de plus en plus vers une monoculture conquérante de la langue anglaise, dans un XXIe siècle de (…)

Cascades et Séquoias

1er avril 2016

Cascades et Séquoias

Essorer l’essaim
De grands silences
Dans le savoir blanc
De l’eau

Chaque pas est une séquence

1er février 2016

Chaque pas est une séquence

Éric Dubois est un poète reconnu pour son travail sur les mots. Il entre dans notre langue avec une intuition rare, qui laisse apparaître un autre sens, nous suggérant que ce qui fait sens justement est au-delà de la compréhension première. De cette manière il appréhende une réalité autre qui se situe au-delà du visible et des définitions propres.
Il écrit des vers sur la page, puis il met des blancs qui amènent un arrêt, un silence, et c’est justement ce silence qui nous renvoie comme à une mémoire (…)

In Vivo de Marianne

1er juin 2013

In Vivo de Marianne

Je me laisse pousser les dents, les bras, la langue
et les oreilles.
Je laisserai ma mâchoire s’ouvrir dans ce craquement
que tu entends déjà ;
jusqu’à ce que ma bouche saigne,
jusqu’à ce que mon palais se déchire,
au son de cette toile que l’on découpe à mains nues ;
jusqu’à ce que ma glotte élastique se tende,
jusqu’à céder,
avec ce bruit de fouet que tu entends claquer
jusqu’à ce que mes cordes vocales s’étirent,
s’étirent jusqu’à s’entortiller
tout autour de mon cerveau
jusqu’à ce qu’il (…)

il(s) de Marianne

1er novembre 2011

il(s) de Marianne

Dans ce livre, Marianne observe ceux à qui on ne prête pas attention ou plutôt ceux à qui on ne veut pas prêter attention, peut-être parce qu’ils nous font peur ou parce qu’ils nous ressemblent.
Elle les voit sans pathos, mais comme à travers le prisme d’une remise en question perpétuelle qui nous ébranle par sa justesse. Ses poèmes nous raccrochent à quelque chose d’essentiel parce qu’ils vont puiser en nous par la force des mots à la fois cette indifférence feinte, un sentiment de révolte et un courage (…)

Poème
de l’instant

Charles Baudelaire

Delphine et Hippolyte

Mes baisers sont légers comme ces éphémères
Qui caressent le soir les grands lacs transparents

Charles Baudelaire, 1821-1867, « Delphine et Hippolyte », Les Fleurs du mal, 1857.