Vaguedivague

Auteur : Pablo Neruda

Vaguedivague

Pablo Neruda publie Estravagario, présenté en français sous le titre Vaguedivague, en 1958. Il en parle comme d’une œuvre essentielle pour lui et insiste sur l’humour grave dont le rôle est d’exorciser la mort, voire de l’insulter avec la dérision qui minimise l’instant où la terre reprend ce qu’elle a donné.
Vaguedivague est, peut-on dire, une œuvre métaphysique, dans la mesure où elle tente l’esquisse d’une philosophie terrestre capable d’élucider l’existence. Neruda rassemble et sonde des souvenirs, des expériences, des voyages – réels et légendaires – et ne fait jamais que revenir là où le rocher, l’arbre, la vague océane et la lumière solaire s’unissent. Ce point d’équilibre c’est la terre de prédilection désertée en vain.
Neruda confie à Vaguedivague ce cheminement de la terre vers la terre. Il s’agit donc aussi d’une œuvre profondément matérialiste, opérant d’inlassables retours à la matière et cherchant à unir l’animé à l’immuable, le mouvement et la fixité.

Paru le 1er juin 2013

Éditeur : Gallimard

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Olivier Barbarant

Essais de voix malgré le vent

Voilà dix ans que je tente passer la rampe sans trop forcer les choses ni les mots gaspillés
Tant que faire se peut à éviter les coups de glotte ou le leurre d’en rajouter
Dix ans à prendre les pages pour cet étrange mégaphone où le murmure porte au loin sans briser si possible sa première douceur
À croire qu’avec le livre ouvert c’est le frisson qui se propage et qui peut-être se survit

Dix ans à vous prêter entre mon corps et l’ombre ce bruit de branche agitée qu’un jour vous aussi avez entendu
Sans toujours songer à le dire si bien que je le fais pour vous
Rêvant des phrases et formes de remords comme une mûre dans les ronces
Rompant lentement le silence jusqu’à nos lèvres écorchées
Pour faire place au peu de jours de vous à moi qui nous rassemble.

Essais de voix malgré le vent, Éditions Champ Vallon, 2004.