Vaguedivague

Auteur : Pablo Neruda

Vaguedivague

Pablo Neruda publie Estravagario, présenté en français sous le titre Vaguedivague, en 1958. Il en parle comme d’une œuvre essentielle pour lui et insiste sur l’humour grave dont le rôle est d’exorciser la mort, voire de l’insulter avec la dérision qui minimise l’instant où la terre reprend ce qu’elle a donné.
Vaguedivague est, peut-on dire, une œuvre métaphysique, dans la mesure où elle tente l’esquisse d’une philosophie terrestre capable d’élucider l’existence. Neruda rassemble et sonde des souvenirs, des expériences, des voyages – réels et légendaires – et ne fait jamais que revenir là où le rocher, l’arbre, la vague océane et la lumière solaire s’unissent. Ce point d’équilibre c’est la terre de prédilection désertée en vain.
Neruda confie à Vaguedivague ce cheminement de la terre vers la terre. Il s’agit donc aussi d’une œuvre profondément matérialiste, opérant d’inlassables retours à la matière et cherchant à unir l’animé à l’immuable, le mouvement et la fixité.

Paru le 1er juin 2013

Éditeur : Gallimard

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.