Verlaine emprisonné

Verlaine emprisonné

Cet ouvrage, fruit de l’exposition du même nom, propose d’appréhender l’un des chefs-d’oeuvre de Verlaine, Cellulairement, sous un prisme nouveau. Il aborde en effet la question des quatre principales "prisons" de Paul Verlaine. Son physique, qu’il ressent disgracieux, ajouté au véritable traumatisme fondateur d’une fraterie "en bocaux" ! Sa cage existentielle, qui le montre écartelé entre la fascination de l’enfer et l’appel de la grâce ; son abyssale dépendance à l’absinthe et son emprisonnement en Belgique, à Mons, consécutif à sa tentative d’homicide sur Arthur Rimbaud.

En miroir, ce livre offre une parfaite réflexion sur l’acte créatif et ses ressorts, son origine, sa complexité également.

Fac-similés, photographies rares, dessins et tableaux d’époque, donc certains inédits, complètent un voyage en compagnie du pauvre Lélian.

Puis, il y a le texte de Jean-Pierre Guéno, tout de sensibilité, de proximité, d’affection, empreint d’une douce empathie, ode à nos frères damnés, à tous les poètes maudits que la terre a portés.

Paru le 1er février 2013

Éditeur : Gallimard

Genre de la parution : Essai

Poème
de l’instant

Charles Cros

Sonnet

Moi, je vis la vie à côté,
Pleurant alors que c’est la fête.
Les gens disent : « Comme il est bête ! »
En somme, je suis mal côté.

J’allume du feu dans l’été,
Dans l’usine je suis poète ;
Pour les pitres je fais la quête.
Qu’importe ! J’aime la beauté.

Beauté des pays et des femmes,
Beauté des vers, beauté des flammes,
Beauté du bien, beauté du mal.

J’ai trop étudié les choses ;
Le temps marche d’un pas normal ;
Des roses, des roses, des roses !

Charles Cros, « Sonnet », Le Collier de griffes.