Verlaine emprisonné

Verlaine emprisonné

Cet ouvrage, fruit de l’exposition du même nom, propose d’appréhender l’un des chefs-d’oeuvre de Verlaine, Cellulairement, sous un prisme nouveau. Il aborde en effet la question des quatre principales "prisons" de Paul Verlaine. Son physique, qu’il ressent disgracieux, ajouté au véritable traumatisme fondateur d’une fraterie "en bocaux" ! Sa cage existentielle, qui le montre écartelé entre la fascination de l’enfer et l’appel de la grâce ; son abyssale dépendance à l’absinthe et son emprisonnement en Belgique, à Mons, consécutif à sa tentative d’homicide sur Arthur Rimbaud.

En miroir, ce livre offre une parfaite réflexion sur l’acte créatif et ses ressorts, son origine, sa complexité également.

Fac-similés, photographies rares, dessins et tableaux d’époque, donc certains inédits, complètent un voyage en compagnie du pauvre Lélian.

Puis, il y a le texte de Jean-Pierre Guéno, tout de sensibilité, de proximité, d’affection, empreint d’une douce empathie, ode à nos frères damnés, à tous les poètes maudits que la terre a portés.

Paru le 1er février 2013

Éditeur : Gallimard

Genre de la parution : Essai

Poème
de l’instant

Valère Novarina

Chronophobie

Ici-bas dans la tourmente, il danse
Écoutez mes aïeux :
Je danse à la gueule de dieu

Traçant une ligne invisible
Entre n’être et naître pas
Entre naître et n’être pas
J’ai vécu vaille que vaille
Tout au fond d’l’univers
Le réel m’a pris en tenaille
Je danse à cœur ouvert

Le jour venu, mon âme d’animal
Si vous la trouvez en moi
Portez-la dans le sein d’Abraham !

Mai 2019, Valère Novarina, extrait de Chronophobie, poème inédit confié au Printemps des Poètes pour la 11e édition du Prix Andrée Chedid du Poème Chanté.