Verre, ironie et Dieu d’Anne Carson

édité et traduit par Claire Malroux, postface de Davenport..

Une des voix les plus novatrices de la poésie canadienne anglophone.
Entre un premier ouvrage publié en 1986 sous le titre : Eros the bittersweet (Éros le doux-amer), et le dernier paru en date, If not,Winter (Sinon, l’hiver), traduction de poèmes de Sapho (2002), s’intercalent une série de livres importants : Plainwater et Glass, Irony and God paraissent simultanément en 1995, suivis d’Autobiography of Red  : A Novel in Verse (1998), d’ Economy of the Unlost (1999), de Men in the Off Hours (2000) et de The Beauty of the Husband (2001).
"La combinaison des éléments intimes et souvent dramatiques de la vie réelle avec une vaste culture (pas seulement hellénique) et leur éclairage réciproque fait l’originalité de cet auteur qui par ailleurs libère, remodèle et revivifie la forme poétique."

Anne Carson est née en 1950 dans l’Ontario. Helléniste, elle dirige les études de troisième cycle (humanités) à l’Université McGill de Montréal.

Paru le 1er avril 2004

Éditeur : José Corti

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.