Tours

Coordonnées :
Adresse : 1 à 3 rue des Minimes
37000 Tours

Contact : Christine Beuzelin
Téléphone : 02 47 21 60 00
Site internet

La Touraine est une terre d’écriture depuis des temps anciens. Aujourd’hui, cela se perpétue. L’attachement à la poésie et aux poètes se voit rien qu’en parcourant les rues et les jardins de la Ville. Plus de quarante rues portent des noms de poètes. Un jardin honore Andrée Chédid.
La bibliothèque municipale est riche de deux fonds poétiques, le fonds Louis Parrot natif de Tours et ami de Paul Éluard et le fonds Yves Bonnefoy qui s’enrichit suite à des acquisitions et à des dons. Une carte blanche à Yves Bonnefoy est organisée chaque année.
Nous pensons que c’est très tôt qu’il faut favoriser la découverte de la poésie, c’est pourquoi les différentes équipes des crèches municipales conduisent un travail remarquable et très professionnel en ce sens auprès des plus jeunes et même des bébés de six mois. Cela a un écho très favorable auprès des parents. Pour marquer encore plus cette démarche, à chaque bébé qui naît, nous offrons un livret avec des berceuses, des comptines et des poèmes. Nous accueillons l’enfant avec des mots. Dans le cadre des actions éducatives, il y a presque chaque année un volet « Poésie ».
L’an dernier, nous avons planté les premiers jalons d’un circuit poétique. Mettre l’écriture poétique sur le chemin et dans vie quotidienne de nos concitoyens est important.
Le Printemps des Poètes marque un temps fort de l’implication de notre ville pour la poésie. C’est une aventure collective avec un travail qui réunit les crèches, les centres socioculturels, les musées, des associations, l’Université… C’est une aventure culturelle qui mobilise les différentes formes d’expression au service ou en complémentarité de la poésie.C’est un moment d’enrichissement pour tous. C’est une aventure citoyenne, des femmes et des hommes rêvent, mettent leurs compétences au service d’un projet commun : favoriser la rencontre du plus grand nombre des habitants avec la poésie, des plus petits à nos aînés, de l’Est à l’Ouest de la ville, du Nord au Sud avec les mots, porteurs de sens, d’émotions, d’interrogations…
C’est une aventure humaine. Un poète ne disait-il pas que la poésie est comme une poignée de main ! Avec la poésie, nous sommes dans l’Humain, dans l’Humanité, elle doit nous garder éveillés.

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.