Villepreux

Cécile Oumhani

Fenêtres peuplées de rêves
Aux façades des maisons claires
Le matin est à mi-course
Et nos histoires se tairont jusqu’au soir
Suspendues dans un miroir
Où s’ouvrent les pages d’un cahier
Épris d’encre et d’envol
Car nos vies sont ailleurs
Et le jour est en crue de lumière
Nous le brodons de perles et d’espoir
Et pensons déjà l’été
À l’étoile des possibles
Dans ces rues aux voitures d’enfant
Dont le ciel de lit est un nuage
Fervent de tourterelles

Cécile Oumhani

Poème
de l’instant

Matthieu Messagier

post-verbum aux demains sans tutelles

la plupart des manèges et la nuit a tardé
dessus les restes hasards de sueurs nouvelles nées
et dès que les rôles emportent les légendes
là où les sons obtiennent le fard à déprendre
sur les voiles de larmes encore rugueuses
que le parage a abandonné derrière lui
des papillons de nuit aux teintes obscurantes
pour ce que leur vie arrête en ce royaume
soudain allument de biais sans que l’os y consente
les us inespérés de mondes en dense et séculiers
et les dés à découdre du moins résolvent les passés
et au chas des jeux de pôles se faufilent d’autres étés
si l’écho des odes après-voir offre la merveille
même surgie d’ailleurs où l’âme se porte sans appareil

inédit pour le Printemps des Poètes