Vingt-deux lignes cahier 100 de Bernard Collin

Vingt-deux lignes cahier 100 de Bernard Collin

Sous la forme de courts articles écrits au jour le jour, les "lignes" de Bernard Collin tracent les contours d’une vie toute entière irriguée par l’art et la littérature. Elles nous parlent d’un monde fait de bifurcations, où la langue dialogue tout autant avec la Bible qu’avec le chant des oiseaux. Un monde qui fait aussi la part belle aux évenements quotidiens.
De cette prose poétique il émane une joie et une émotion résultant d’une syntaxe sophistiquée et fantasque, où le sens, le raisonnement et le plaisir du texte rivalisent. Plus encore que dans les autres livres de l’auteur, cette aventure du langage nous donne accès avec élégance et humour à un art de vivre.

Paru le 1er novembre 2010

Éditeur : Les petits matins

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Carl Norac

Avant de tout dire

Toute la beauté du monde, je ne peux pas te la dire. Mais rien ne m’empêche d’un peu l’approcher avec toi.

Il y a de si grands murs qui cachent les jardins, des dépotoirs au bord des plages, des ghettos dans des îles, tant de blessures aux paysages.

Par bonheur, un peu de splendeur demeure alentour et le dire, même tout bas, par amour, c’est croire encore qu’un jour, nous irons la trouver, toute la beauté du monde.

Carl Norac, « Avant de tout dire », Le livre des beautés minuscules, Éditions Rue du Monde.