Visage perdu de Philippe Merlet

Visage perdu de Philippe Merlet

"La peur
dans chaque cellule
attend que se
répètent
les piqûres des mots
pénètrent l’espoir
d’un liquide bleu

dehors les pierres verticales
découvrent leurs dents de jaguar
et le poignet ensanglanté
ne se souvient plus du coq
de bronze

l’eau coule un fleuve
emporte
un chien erre crie
le temps est une pluie d’aiguilles
et quatre feux mis
au corps
sortent d’une carapace camisole
des fourmis rouges de Mysore."

Paru le 1er novembre 2008

Éditeur : Mandalay

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Alejandro Jodorowsky

C’est comme ouvrir un menhir avec les mains

Cessez de chercher, vous êtes la porte
et les gardiens qui en interdisent l’accès.
Chaque pas vous éloigne du nombril
chimères assoiffées d’aventure.
Vous croyez que le mariage vous libère de la mort
ou que l’argent vous marque dans la hiérarchie divine.
Cessez de chercher, la conscience est le philtre magique,
L’œil capable de rejoindre les orbites vides de Dieu
traversant la mort. Personne ne se rencontre soi-même
en parcourant les mers ou en explorant les cavernes.
C’est difficile, comme ouvrir un menhir avec les mains
car notre âme est plus dure que la pierre.

Alejandro Jodorowsky, Traduit de l’espagnol (Chili) par Martin Bakero et Emmanuel Lequeux
dire ne suffit pas, no basta decir, Le Veilleur Éditions, 2003.