Vivremourir précédé de Lieu de Cid Corman

Vivremourir précédé de Lieu de Cid Corman

Traduit de l’anglais (américain) par Barbara Beck et Dominique Quélen.
Postface de Laurent Grisel.

"Cid Corman est né le 29 juin 1924 à Roxbury, près de Boston, Massachusetts, USA. Il est mort le 12 mars 2004 à Kyoto, où il habitait depuis1958.

Cid Corman était d’abord un poète, son oeuvre maîtresse est OF, un ensemble de cinq volumes, chacun composé de cinq parties, dont les trois premiers volumes sont parus sous une couverture de Sam Francis. Il a été aussi l’éditeur d’Origin, revue essentielle de la poésie moderniste américaine.
Et il n’a cessé de traduire, du japonais, de l’italien et du français. Notamment Francis Ponge (Things paraît simultanément chez Mushinsha à Tokyo et Grossman à New York en 1971), René Char, Philippe Jaccottet, Jean-Paul de Dadelsen, André du Bouchet, Jean Daive, Claude Royet-Journoud… Danielle Collobert lui a dédié Il donc. Ce poète américain a, entre autres, joué un rôle pionnier dans la re-création d’une poésie orale, improvisée.
Laurent Grisel"

Paru le 1er mai 2008

Éditeur : L’Act Mem

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.