Voix d’encre

Recueil après recueil comme au fil de sa revue qui paraît deux fois l’an, VOIX D’ENCRE publie aussi bien les inédits de quelques grands aînés d’hier que ceux des alliés substantiels du temps présent. Parce qu’il faut sans trêve agrandir davantage ce domaine où nous voulons respirer, tout parcourir du monde comme des possibles, toutes les dimensions du jour comme les innombrables ailleurs. Il faut encore ne pas mourir au moins avant d’avoir allumé pour jamais un brasier de mots tellement clair et brûlant qu’il semble les choses mêmes, comme le voulait Alain Borne.
Parce que l’encre, sinueuse ou vive, entre langage et silence, porte pour chacun sa lueur, noire et aveuglante. Et doit franchir en crépitant un à un chaque mur planté en travers de la liberté. Parce que la découverte d’un manuscrit, puis le partage de cette découverte, nous importent au plus haut degré. Publiant, nous donnons à lire ce que nous aurions tant voulu écrire, ce qui se glisse jusqu’aux nappes profondes de notre être ; publiant, ce sont mille et mille miroirs que nous tendons.
Enfin, parce qu’à nos yeux, éditer poètes et artistes - en leur offrant un espace typographique de qualité avec des livres de chair et d’encre - s’apparente en quelque sorte à une utopie concrète. À cet idéal qui permet des livres issus d’une collaboration active, féconde, exempte de précipitation et sourde aux sirènes du mercantilisme. Libres, des livres à trois voix, celles de l’artiste et du poète, celle de l’éditeur.
VOIX D’ENCRE, une maison tant pour le verbe que pour les arts picturaux.
"Aux éditions Voix d’encre, affirme Jeanine Baude, on fabrique de beaux livres où les illustrations font corps avec le texte. "
Et Alain Freixe : "On ne cherchera pas à savoir qui a commencé, du peintre ou du poète. Seul importe le dialogue établi par les soins de l’éditeur. "
Le livre ou l’irremplaçable croisée d’expressions multiples.
Les mots donnent corps à la parole, le livre propage la lumière des mots…
Editions de poésie
Revue de poésie

Type de livres
Beaux-livres avec peintures, encres, calligraphies, dessins, etc…

Mode de diffusion
Auto-diffusé, auto-distribué

Année de création : 1990

Nombre de parutions par an : 12

Tirage moyen : 600

Auteurs phares : Alain Borne, Lucien Becker, Adonis, Charles Juliet, Kenneth White, Jean-Yves Masson, Max Alhau, Michel Thion, Jean-Vincent Verdonnet, Gabrielle Althen

Accepte de recevoir des manuscrits

Editeur : Alain Blanc
ablanc@free.fr

Contact

BP 83

26202

Montélimar cedex

L'homme nu de Eqrem Basha

1er mars 2017

L’homme nu de Eqrem Basha

Le poète, nouvelliste et romancier albanais Eqrem Basha est né en 1947, dans la province de Dibra (Macédoine), et fait ses études à Prishtina, où il réside. Il est le cofondateur de la maison d’édition Dukagjin, à Pejë, et a exercé, durant un temps, la profession de journaliste. Il a publié, à ce jour, dix recueils de poésie, quatre volumes de nouvelles et quatre romans, dont l’un, L’Alpiniste, a été traduit en anglais. Il a écrit, également, pour le cinéma et la télévision, et commis des études sur l’art. (…)

Brimborions… breloques… broutilles… de Denis Wetterwald

1er mars 2017

Brimborions… breloques… broutilles… de Denis Wetterwald

Après "Cailloux… graviers… poussières…", ce nouveau recueil de textes courts, poèmes, aphorismes, pensées « échevelées » chères au Polonais S.J. Lec, ou « pensées en vrille » comme l’écrit Michel Host dans sa préface, "Brimborions… breloques… broutilles…" est le deuxième volume d’une trilogie dont le dernier opus paraitra prochainement. Entre le grave et le léger, la nuit et la lumière, ces « broutilles » sont comme de petites aiguilles qui transpercent la réalité, la titillent pour aller voir ce qui se passe (…)

Sententiæ de Oscar Wilde

1er mars 2017

Sententiæ de Oscar Wilde

La philosophie peut nous apprendre à supporter avec équanimité les malheurs de nos voisins. La science peut résoudre le sens moral en une sécrétion de sucre, mais l’art est ce qui fait de la vie de chaque citoyen un sacrement.
Sont rassemblés sous le titre "Sententiæ" des extraits d’articles de l’auteur du Portrait de Dorian Gray. Sa collaboration avec la presse fut féconde, il publia de nombreux textes, moins connus, où brille le même esprit ironique et porté sur le paradoxe. Des pages où s’affirme (…)

Du ciel sur la paume de Muriel Stuckel

1er mai 2016

Du ciel sur la paume de Muriel Stuckel

Partition paginale
sans pause ni soupir
les mots s’agitent
me brûlent les doigts
flambée de notes
blanches et noires crépitent
dans la substance de la page
partition abyssale
sans pause ni soupir
le poème flambe
gouffre de résonance
Muriel Stuckel est poète, critique, professeur de littérature en khâgne au Lycée Fustel de Coulanges à Strasbourg. Outre des articles, des proses, des poèmes en revues, elle collabore à des livres collectifs et à des livres d’artistes. Aux éditions Voix d’encre, (…)

Voix d'encre n°54

1er mars 2016

Voix d’encre n°54

Au sommaire de cette nouvelle livraison, les contributions inédites de Bruno Mabille, Claude Margat, Jacques Robinet, Alain Lecomte, Fabio Scotto, Guilhem Fabre, Marc Fontana.
Une fois n’est pas coutume, ce numéro proposera également la réédition du numéro 2 de la revue "Le peignoir de bain", comprenant des poèmes de René Char, Alain Borne et Lucien Becker. Cette modeste publication avait été créée à Alès par Pierre André Benoit. Quatre numéros liés aux saisons ont vu le jour du printemps 1953 à l’hiver (…)

<i>Fenêtres</i>

1er mars 2016

Fenêtres

HISTOIRE DU POÈME
Ce texte d’Adonis - écrit en 1977 - a été imprimé une première fois en quatre exemplaires par le peintre Claude Garanjoud en 2000.
En arabe et en français, il était enrichi de six encres-collages de l’artiste.
Il a été ensuite accueilli dans le numéro 35 de la revue Voix d’encre, une publication de septembre 2006 depuis longtemps indisponible.

Brefs

1er mars 2016

Brefs

Réédition de trois recueils du poète :
Brefs (1945)
suivi de
Orties (1953)
et de
Adresses au vent (1957).

Seuils

1er mars 2016

Seuils

Réédition de quatre recueils du poète :
Seuils (1943)
suivi de
Regardez mes mains vides (1945)
de
Op. 10 (1951)
et de
Treize (1955)

Voix d'encre, numéro 53

1er septembre 2015

Voix d’encre, numéro 53

Au menu proses et poèmes inédits de
Dominique SORRENTE, Les gens comme ça va
Jean-Luc COUDRAY, Sifflet bleu
Denis SCHILLINGER, Dépossédé, depuis ce jour
Olivier DOMERG, Une réplique végétale
Denis WETTERWALD, Livres et lumière
Jean-Pierre CHAMBON, La bibliothèque itinérante…
Lisa GEPPERT, Exister (avec insistance)
Jean Marc FOURNIER, Éclats de nuit
Gary SNYDER, La pratique sauvage
traduction Alain BLANC
Dessins de Nathalie (…)

Voix d'encre n°52

1er mars 2015

Voix d’encre n°52

Au sommaire proses et vers inédits de David Lowe (traduit de l’anglais par Alain Blanc), Bernard Bourel, Justine Neubach, Gérard Glatt, Rémi Resse, Raphaële Selval, Christian Ducos, Paul Bhers. Encres de Paule Riché.

Poème
de l’instant

Charles Baudelaire

Petits poèmes en prose

Votre œil se fixe sur un arbre harmonieux courbé par le vent ; dans quelques secondes, ce qui ne serait dans le cerveau d’un poëte qu’une comparaison fort naturelle deviendra dans le vôtre une réalité. Vous prêtez d’abord à l’arbre vos passions, votre désir ou votre mélancolie ; ses gémissements et ses oscillations deviennent les vôtres, et bientôt vous êtes l’arbre. De même, l’oiseau qui plane au fond de l’azur représente d’abord l’immortelle envie de planer au-dessus des choses humaines ; mais déjà vous êtes l’oiseau lui-même.

Charles Baudelaire, Petits poèmes en prose, « Le Théâtre de Séraphin », 1868.