Zone de turbulence

Auteur : Abdellatif Laâbi

<i>Zone de turbulence</i>

Collection Clepsydre
Quelle est cette « zone de turbulences » objet du nouveau livre d’Abdellatif Laâbi ? L’intérieure, à laquelle l’oeuvre de ce poète nous a régulièrement conviés ? Celle que traverse aujourd’hui, avec des heurts et malheurs, l’humaine condition ? Celle où notre planète se trouve emportée et dont le dérèglement climatique est un des signes les plus patents ? Pour pertinents qu’ils soient, ces questionnements n’épuisent pas la matière ample, presque démesurée, de ce livre où la poésie reprend parmi ses droits essentiels celui de narrer l’aventure humaine en vue de la transmettre. La langue, pour ce faire, brasse différents registres, de l’aphorisme au trait d’humour, de l’indignation abrasive jusqu’au chant aux résonances de cantique. Rien d’étonnant en cette conjoncture si Abdellatif Laâbi a été couronné par l’Académie française, qui vient de lui décerner son Grand Prix de la Francophonie 2011.

Paru le 1er janvier 2012

Éditeur : La Différence

Genre de la parution : Recueil

Poème
de l’instant

Carl Norac

Petit poème pour y aller

Un poème parfois, ce n’est pas grand-chose.
Un insecte sur ta peau dont tu écoutes la musique des pattes.
La sirène d’un bateau suivie par des oiseaux, ou un pli de vagues.
Un arbre un peu tordu qui parle pourtant du soleil.
Ou souviens-toi, ces mots tracés sur un mur de ta rue :
« Sois libre et ne te tais pas ! ».
Un poème parfois, ce n’est pas grand-chose.
Pas une longue chanson, mais assez de musique pour partir
en promenade ou sur une étoile,
à vue de rêve ou de passant.
C’est un aller qui part sans son retour
pour voir de quoi le monde est fait.
C’est le sourire des inconnus
au coin d’une heure, d’une avenue.
Au fond, un poème, c’est souvent ça,
de simples regards, des mouvements de lèvres,
la façon dont tu peux caresser une aile, une peau, une carapace,
dont tu salues encore ce bateau qui ouvre à peine les yeux,
dont tu peux tendre une main ou une banderole,
et aussi la manière dont tu te diras :
« Courage ! Sur le chemin que j’ai choisi, j’y vais, j’y suis ! ».
Un poème, à la fois, ce n’est pas grand-chose
et tout l’univers.

Carl Norac, inédit, pour le 22e Printemps des Poète / Le Courage