Zones d’admiration

Auteur : Jean Esponde

Zones d'admiration

Ces moments privilégiés concernent la Corne d’Afrique, la Chine, la Grèce ancienne, La Crète minoenne mais aussi la peinture.

Et pourtant un inachevé étonnant dans le monde qu’il crée, un manque voulu.

Après la proclamation des résultats, les Maîtres s’approchent du jeune homme vainqueur resté à l’écart, immobile, assis contre l’arbre.

Impressionnés, ils ont longtemps délibéré ; et le détail manquant à chaque abeille les laisse perplexes : une patte, le dernier trait pour conclure une aile… Interrogé, l’inconnu explique sa crainte : avec la dernière touche, les abeilles risquaient de s’envoler.

Une fois ces préparatifs achevés, elle touille goulûment le tout au gros pinceau, oblige des couleurs à s’imposer, imbibe une brosse de matière épaisse, la répand délicatement sur la toile. C’est une autre peau, une autre chair, un corps apaisé. Elle n’aura pas d’hallucinations aujourd’hui.

Paru le 30 juin 2021

Éditeur : Atelier de l’agneau

Genre de la parution : Recueil

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Eugenio de Andrade

Blanc sur Blanc

Traverser le matin jusqu’à la feuille
des peupliers,
être frère d’une étoile, ou son fils,
ou peut-être père un jour d’une autre lumière de soie,

ignorer les eaux de mon nom,
les secrètes noces du regard,
les charbons et les lèvres de la soif,
ne pas savoir comment

l’on finit par mourir d’une telle hésitation,
un si grand désir
d’être flamme, de brûler ainsi d’étoile
en étoile,

jusqu’à la fin.

Eugenio de Andrade, Blanc sur Blanc, Traduit du portugais par Michel Chandeigne, Éditions de la Différence, 1988.