anthologie de la poésie russe pour enfants

anthologie de la poésie russe pour enfants

Il y a sans doute peu de pays au monde où la poésie spécialement écrite pour les enfants soit aussi populaire qu’en Russie, au point de s’être constituée en genre tout à fait à part depuis le début des années vingt de notre siècle. Si elle a pu servir parfois de refuge à des poètes qui, tels Kharms, Sapguir ou Grigoriev, n’avaient pas la possibilité, sous le régime soviétique, de publier leurs œuvres « pour adultes », cette poésie reflétait cependant les réalités du pays et de l’époque, singulièrement articulées par le jeu obsédant du son et du sens, du rythme, du mètre, de la rime : « Ne crains pas les contes de fées. / Crains plutôt le mensonge.! Un conte ne peut pas tromper : / En plein dans le vrai il nous plonge ».
Ce volume réunit dix des poètes les plus représentatifs (Sacha Tchiorny, Korneï Tchoukovski, Samuel Marchak, Daniil Kharms, Boris Zakhoder, Valentin Bérestov, Guenrikh Sapguir, Roman Sef, Younna Morits, Oleg Grigoriev), des poèmes que des millions d’enfants russes, aujourd’hui encore, connaissent par cœur.

Paru le 1er janvier 2005

Éditeur : Circé

Genre de la parution : Anthologie

Support : Livre papier

Poème
de l’instant

Lorand Gaspar

Approche de la parole

Le poème n’est pas une réponse à une interrogation de l’homme ou du monde. Il ne fait que creuser, aggraver le questionnement. Le moment le plus exigeant de la poésie est peut-être celui où le mouvement (il faudrait dire la trame énergétique) de la question est tel - par sa radicalité, sa nudité, sa qualité d’irréparable - qu’aucune réponse n’est attendue plutôt, toutes révèlent leur silence. La brèche ouverte par ce geste efface les formulations. Les valeurs séparées, dûment cataloguées, qui créent le va-et-vient entre rives opposées sont, pour un instant de lucidité, prises dans l’élan du fleuve. De cette parole qui renvoie à ce qui la brûle, la bouche perdue à jamais.

Approche de la parole,
Éditions Gallimard, 1978.