Logo PDP    
centre national de ressources pour la poésie  

 

 

 


 

Le Printemps des Poètes
Du 9 au 25 mars 2019

 


La Beauté

 

J'ai vu une enfance violentée rêver devant un amandier en fleurs.
J'ai vu un homme emprisonné retrouver souffle à la lecture d'un poème.
J'ai vu le ciel déverser des tonnes d'azur sur nos morts.
J'ai vu la neige brûler moins que les larmes.
J'ai vu le soleil consoler un coquelicot, et réciproquement.
J'ai vu un arc-en-ciel en cavale sous l'orage.
J'ai vu un ange noir chanter sous les étoiles.
Et je n'ai trouvé qu'un mot pour dire cela qui transcende le chaos, l'éphémère et la joie mêlés de nos vies : LA BEAUTÉ.

J'entends Aragon, immortalisé par Ferré : Toi qui vas demeurer dans la beauté des choses. J'entends Eluard : J'ai la beauté facile, et c'est heureux. J'entends Char bien sûr : Dans nos ténèbres, il n'y a pas une place pour la Beauté. Toute la place est pour la Beauté. Mais aussi ces innombrables voix de poètes qui ne cessent d'extraire la beauté ensauvagée du monde.

Et comme pour donner raison à ce thème du Printemps des Poètes, Enki Bilal accepte d'en signer l'affiche tandis qu'un faon traverse la tempête à l'instant sous mes yeux.

 

Sophie Nauleau, 13 mai 2018.

 

 


 

Enki Bilal aura passé les neuf premières années de sa vie à Belgrade où il est né, de père Yougoslave et de mère Tchèque. Arrivant enfant à Paris, il apprend aussi vite le Français qu’il dessine à la craie sur les trottoirs.
À 20 ans, il publie dans le journal Pilote. C’est le début d’une œuvre qui alliera tout du long l’écriture et le dessin.
Parallèlement aux nombreux albums de bandes dessinées, il est aussi l’auteur de multiples scénographies pour le théâtre, l’opéra ou la danse, mais aussi le réalisateur de plusieurs longs métrages pour le cinéma.

Artiste du hors jeu, de la couleur, du cri, des mots, de l’amour, des fantômes et du futur, Enki Bilal est sans doute l’un des plus singuliers visionnaires de notre temps. C’est une joie pour Le Printemps des Poètes qu’il ait accepté, dans les pas d’Ernest Pignon-Ernest, de se consacrer à l’affiche de la future édition 2019 dédiée à La Beauté.

L'affiche sera dévoilée à l'automne prochain.

 

 

 

 

 

 

 

Autoportrait au sourire forcé, à l'épaule douloureuse et à la pluie.
Novembre 2002.

 


 

« Défends-toi, sublime Beauté du monde donné ! Défends-toi, Beauté violente ! » Jean-Paul Michel 

© Flammarion 2001

 


 

Communiqué de presse

 
 
 
 

 

   
 
 

 

 

 

    Logo Ministere Culture   Logo CNL   Logo Sofia   Logo IDF   Separateur Facebook Twitter Instagram Newsletter