Logo PDP    
centre national de ressources pour la poésie  
Retrouvailles

Pierre Lartigue


Biographie

Pierre Lartigue est né en 1936. Hispaniste de formation, il est poète, essayiste, romancier, passionné de danse. Il est décédé en 2008.

Bibliographie

  • La Forge subtile Poèmes, éd. Le Temps qu'il fait, 2001
  • Ce que je vous dis trois fois est vrai éd. Ryôan Ji
  • L.H.O.O.Q., Librairie Tschann, 1998
  • La Jolie Morte, roman, Stock, 1995
  • Un soir Aragon..., essai, Les Belles Lettres, 1995.
  • L’Hélice d’écrire. La Sextine, Les Belles Lettres, 1994
  • L’Art de la pointe, essai, Gallimard, 1992

    A traduit :
  • John Cage, Le Livre des champignons, Ryôan-ji, 1983.
    et présenté :
  • John Cage, Mirage Verbal (Writings through Marcel Duchamp, Notes), Ulysse fin de siècle, 1990.

  • Actualité
    + Consulter les archives

    Extrait
    Bois

    Près du feu, l'oubli des douleurs infectes : je bois des troupes, je bois sec au retour du sommeil, je suis ce cheval au nez blanc qui boit du taffetas, je bois frais sans manger, je bois des chapelles chaudes et des cheveux, des verres d'eau frippée, le soleil des consonnes. Je bois dans les fossés plusieurs brassées de bois et l'oseraie d'Honfleur et les petits quatrains vendus. Visage frotté fibres enchevêtrées je n'achèverai pas la peinture de vos manches, vous qui êtes du bois dont on fait les sabots, les nasses, les fagots, vous, boiserie non peinte - coque vide! - et qui résonne sans écorce à mes gémissements lorsque volant l'amour, j'invente... Et poussent les perdrix des cris bouillants dans les bruyères, les terrains à demi couverts, le genèvriers, garrigue où la nuit craque ainsi qu'un bois de lit, salse pareille, sassafra. Je vous offrirai des tisanes de buis pour dormir dessous, bois joli, bois garou - ô votre sexe de rainette! Marquez mes reins de toute une marquetterie d'ongle et coulez à mon pied écarlate, étroite châtaigne de douceur, petit Phenix pâle qui répand son odeur légèrement amère, bouton d'absinthe, bois d'anis, bois de lessive, bois bracelet, glissez jusqu'à l'oreille du gris, la jambe prise de résine, touffe d'or mangée, gonflée, empesée, mais en sous-bois surtout, car je suis le clinquant qui met le feu aux longs vergers sans fruits.

    Extrait Ce que je vous dis trois fois est vrai, éd. Ryôan Ji

    Autres poèmes
  • Le pape parle à la fumée...
  • Suffit-il avoir de l’esprit jusqu’au bout des doigts ?

  •     Logo Ministere Culture   Logo CNL   Logo Sofia   Logo IDF   Separateur Facebook Twitter Instagram Newsletter