La pandémiade

Auteur : Patrick Dubost

La pandémiade

La pandémiade propose trois ensembles écrits lors de ces deux dernières années, « Cronicque du confinement » (du 16 mars au 11 mai 2020), « Congés de liberté » (du 12 juillet au 9 août 2021) et « Sermon joyeux de la crise sanitaire » (du 23 août au 13 octobre 2021), qui eux-mêmes ne constituent qu’une partie d’une somme poétique en cours. Le titre, dit l’auteur, pastiche La Franciade de Ronsard, mais le néologisme renvoie aussi aux sonorités de débandade, mascarade ou encore jérémiade et autres termes au suffixe -ade.
Jean-Pascal Dubost n’est pas dupe, La pandémiade n’est/ne sera pas le seul livre écrit ou revenant sur ces deux années de crise (« so many poèmes urgents » et autres journaux de confinement). Si son écriture ne devait au départ qu’accompagner un temps de retranchement vécu comme heureux, il est vite rattrapé par « l’exquise joie d’écrire en temps de crise », même « s’icy n’y a ne ris ne jeu », même si s’emballe le « funeste compteur » journalier des chiffres, parce que « contre ça plutôt qu’esclave, vrai être en joie », sur le principe deleuzien de joie comme résistance au pouvoir. Et c’est dans une chanson de geste qu’il nous entraîne (« ce saint Sanitaire dont je vais dire quoy, savoir sa vie, sa légende et histoire »).
C’est sous trois formes médiévales qu’il décrit et décrypte la crise, ses drames et son absurdité, « l’improvidence de cet état nouvellement providence », l’œuvre de division sourde entre vaccinés, « gens du Bien », « nonvax, gens du Mal, Lumière contre Ténèbre », « l’étauritaire qui se resserre »… Le premier ensemble est découpé en 4 strophes de 8 vers chacune pour chaque jour, le second en strophes de 12 vers et le troisième déroule un flux continu, le tout composé en octosyllabes, rien moins, « Vertical octo qui tient droit debout dans ses bottes mon choix d’écriture pas penchée ni couchée », « insolent et dynamique ». Comme à son habitude, c’est aussi en naviguant dans une « languejoie », « estrange et barbarine », entremêlant les époques et leurs styles et grammaires, où l’ancien français est mâtiné d’anglais et autres atteintes à la « belle langue » (« désinfox », « décodex », « adéennes profondeurs », « ciffres et giffres qui deschiffrent nib »). Pas en « poète atrabile ; un poète réactivant plutôt, indocile et rebelle », jouissant d’« une fébrilité du diable »…
La pandémiade, ou « la force de forer profond dans la tristesse jusqu’au fond d’où extraire la joie encore dans nos plus violents désaccords d’avec le monde », en un heureux et salutaire retournement d’une crise sanitaire.

Paru le 1er novembre 2022

Éditeur : Editions isabelle sauvage

Poème
de l’instant

Charles Baudelaire

Hymne à la beauté

L’éphémère ébloui vole vers toi, chandelle,
Crépite, flambe et dit : Bénissons ce flambeau !
L’amoureux pantelant incliné sur sa belle
A l’air d’un moribond caressant son tombeau.

Que tu viennes du ciel ou de l’enfer, qu’importe,
Ô Beauté ! monstre énorme, effrayant, ingénu !
Si ton œil, ton souris, ton pied, m’ouvrent la porte
D’un Infini que j’aime et n’ai jamais connu ?

Charles Baudelaire, 1821-1867, « Hymne à la beauté », Les Fleurs du mal , 1857.