Mon ombre est une femme

Halina Poswiatowska

mon ombre est une femme
j’ai découvert cela sur le mur
ses lignes ondulées souriaient
et l’oiseau des hanches aux ailes repliées
chantait sur la branche du sourire
l’arbre en fleurs
paré de verts perroquets
à travers les ailes
la maturité orange dorée
le soleil sur les gouttes brille
sous la pluie
l’arbre droit et nu
mes lèvres entrouvertes mes seins
la lune ascendante des cils a clignoté
puis s’est éteinte
quand tu as soufflé la flamme de l’allumette
et posé tes mains sur mes bras
mon ombre était une femme
avant de disparaître

Mon ombre est une femme, Éditions Caractères 2004
Traduction Isabelle Macor - Filarska et Grzegorz Splawinski, introduction au recueil Isabelle Macor

Poème
de l’instant

Sed satis est jam posse mori. Lucain

Naître, et ne pas savoir que l’enfance éphémère,
Ruisseau de lait qui fuit sans une goutte amère,
Est l’âge du bonheur, et le plus beau moment
Que l’homme, ombre qui passe, ait sous le firmament !

Victor Hugo, 1802-1885, « Sed satis est jam posse mori. Lucain », Les feuilles d’automne, 1831.