ridiculum vitae

2 septembre 2019 à 19:00 au 16 décembre 2019

Théâtre les Déchargeurs, 3 rue des Déchargeurs, Paris, 75001 , France

Les Déchargeurs

Lundi à 19h

Une élue locale doit inaugurer la salle des fêtes. Elle aborde les spectateurs par un discours de bienvenue qui au fur et à mesure devient un discours d’investiture. Les mots se précipitent, se télescopent, s’amalgament, trébuchent. Malgré elle, sa pensée se détourne de son objectif. Elle se prend les pieds dans la truculence, se cogne dans les convenances. La parole politique devient une parole poétique. Elle exhorte la jeunesse de s’affranchir des règles, réinvente une langue et cite Artaud, Malraux, Rimbaud, Verlaine ou Villon. Un éclat de rire subversif, irrespectueux où la poésie nous offre son vent du large.

Un échange avec l’équipe du spectacle aura lieu le lundi 14 octobre après la représentation, venez nombreux !

Adresse de l'évènement

3 rue des Déchargeurs

Paris

75001

France

L'organisateur

Les Déchargeurs

Réservations et informations au : 01 42 36 00 50 (à partir de 17h30 du lundi au samedi)

http://www.lesdechargeurs.fr/

Invité(s) / Poète(s)

Texte Jean-Pierre Verheggen Mise en scène Michel Bruzat Comédien(s) Marie Thomas Musique Benoit Ribière Lumières Franck Roncière Costumes Dolores Alvez Bruzat

Formalités

Payant / Réservation

Les Déchargeurs

14 avril 2020

MAÎTRES ANCIENS

Depuis plus de trente-six ans, Reger, musicologue de renom, fréquente le Musée d’art ancien de Vienne. Un matin sur deux, il s’assied sur la banquette pour contempler L’Homme à la barbe blanche de (...)

4 mai 2020

ANDRÉ VELTER : LA VIE EN DANSANT, AU CABARET DE L’ÉPHÉMÈRE ET AVEC UN PEU PLUS DE CIEL

Échapper à toutes les ankyloses, se donner à cet absolu qu’est l’élan vertical et sans fin de la vie, cette danse sur l’abîme, telle est la poétique d’André Velter, immédiatement reconnaissable entre (...)

8 juin 2020

CHARLES JULIET : POUR PLUS DE LUMIÈRE

La poésie de Charles Juliet, faite de tâtonnements, de silences, cherchant toujours « plus de lumière », témoigne d’une quête éperdue de vérité, au plus près du mot juste. L’urgence qu’il y a à dire – pour (...)